Être toujours le second choix !

Bonjour toi,

J’espère que tu vas bien.
Pour de nombreuses personnes, la semaine dernière a été synonyme de rentrée et de nouveaux objectifs. Pour ma part, je ne me voyais pas aborder ce sujet sur le blog car je ne connais plus de rentrée scolaire et les nouveaux objectifs, je m’en fixe déjà tous les mois. Mais si toi, tu es dans ce cas, sache que je t’encourage dans cette nouvelle étape de ta vie.

Me concernant, je suis un peu dans la phase où tu remets ta vie en questions, tu te demandes quel chemin emprunter, si tu as fais les bons choix etc, comme pour faire le point. Et c’est lors de cette réflexion, un soir, que m’est venue l’idée de cet article.

Je me suis tout naturellement rendue compte que du haut de mes 27 ans, j’ai toujours été le second choix des autres. Alors oui, je te préviens par avance, que cet article ne sera pas le plus joyeux de l’histoire du blog, mais je suis certaine qu’on est tous passé une fois par ses phases alors je me dis que tu te reconnaitras peut-être à travers ce sujet.

Lorsque j’aborde le groupe de mots « être toujours le second choix », j’en parle de manière générale, aussi bien en amour, qu’en amitié, que dans la vie professionnelle.

Pour rebondir sur les expériences professionnelles. Je peux te citer ces deux exemples.
Lors de mes différentes expériences professionnelles, souviens-toi j’avais déjà abordé le sujet, qu’un de mes responsable m’avait choisi parce que « j’étais jolie ». Mais en réalité, même s’il ne me l’a jamais dit. A la base, j’étais le second choix car il voulait embaucher une autre personne qui a décliné sa proposition. Pareil pour une autre de mes expériences professionnelles, je n’avais pas été le premier choix non plus mais cela se passait mal avec la personne, alors ils ont fini par me contacter de nouveau. En même temps, je me dis que tout arrive pour une raison, mais mon égo aurait aimé au moment-là être « la personne qu’il souhaitait pour ce poste », comme si j’étais la candidate idéale qui avait toutes les compétences adéquates.

L’impression que l’on profite de moi

Dans mes relations, je suis une personne toujours extrêmement gentille et entière. Tu sais la personne sur qui tu peux compter à n’importe quelle heure de la journée ou de la nuit, c’est moi. Tu vas m’appeler à 3h du matin parce que tu as une galère, je vais toujours être présente pour toi. Cela me semble normal.

Oui mais, inversons la situation : et si, moi j’ai un problème ? Qui est là pour moi ? Au cours d’une conversation avec ma mère, elle m’a demandé quelle est la personne qui me sauverait en urgence si j’avais un soucis ? Triste de constater, que je lui ai répondu « dans mes amis, personne, ils trouveront toujours une excuse ».

J’ai l’impression que l’on profite de moi. Lorsqu’ils ont une galère, un problème, ils sont MA priorité pour qu’ils aillent mieux. Je fais tout pour les aider, leur remonter le moral.  En revanche, de leur part, moi je suis toujours cette option à laquelle on se dit : « de toute façon, elle est entourée, elle trouvera quelqu’un d’autre ». Mais si, c’est de cette personne en particulier que j’avais besoin, de toi précisément ? Pourquoi à ton tour, tu n’es pas présent ? Parfois, j’ai l’impression qu’ils oublient que je suis humaine, que j’ai des sentiments, des émotions. Moi non plus je ne suis pas épargnée par les mots, les blessures. Pour un moment précis, pourquoi on ne fait pas de moi le premier choix ?


Etre le second choix au quotidien

Souvent, lorsque je suis dans le métro, au resto ou même dans la rue, j’observe les gens, les regarde et je me demande ce qu’ils font dans leur vie ? A quoi il pense à ce moment précis et s’ils sont heureux ? Je ne sais pas si tu fais la même chose, mais à force d’observation je me suis faite une réflexion : l’être humain est devenu égoïste et agressif. Il est toujours sur la défensive, à masquer ses émotions, j’aime deviner leurs vies. Peut-être sont ils en train de vivre un moment douloureux dans leur vie ? Ou ils vivent une rupture ?

Ou au contraire, célèbrent les joies que peut offrir la vie. Puis au final, je reste celle qu’on bouscule au moment de l’ouverture des portes du métro pour sortir le premier. Celle qu’on double aux caisses du supermarché. Je ne sais plus si je t’ai déjà raconté cette histoire mais une fois en marchant tranquillement dans la rue, un inconnu est venu vers moi, m’a giflé et est reparti. Je n’ai pas eu le temps de réaliser ce qu’il s’était passé, qu’il était déjà reparti. J’étais outrée et surtout blessée. Pourquoi faire ça ? Et en plus à une parfaite inconnue ? Pour le coup, j’ai été le premier choix pour subir sa connerie.

Le second choix des émotions

Je ne sais pas aussi si tu as remarqué, mais j’ai cette sensation que l’humain est lâche pour quitter une personne. Premièrement, il n’assumera pas son choix. Puis, il va te ressortir tous les petits détails sur lesquels tu n’es pas d’accord pour ensuite se montrer exécrable envers toi. Et te poussera à ce que tu te dises « en fait c’est mieux que ce soit fini, quand je vois son comportement cette personne ne me correspond pas ». Alors qu’elle l’a juste fait exprès et t’as manipulé pour ne pas assumer son choix d’un terme à la relation.

Je ne sais pas si je suis bien claire, mais je suis sûre que tu as pensé à quelqu’un qui avait déjà fait ça dans ta tête. Ou alors si tu dois déménager et ne plus voir une personne pendant quelque temps, la personne pensera à tous tes défauts « de toute façon en 1614 quand je lui avais demandé un service, elle ne l’a pas fait » « je la trouve trop changée en ce moment » « elle a trop confiance en elle » etc. Une liste pour se rassurer de partir et être plus serein au moment du départ.

Toujours dans le même sens

Quoi qu’il en soit, l’humain continuera toujours de me surprendre soit par :

son égoïsme : on peut tout faire pour une personne, tout lui donner, lui rendre tous les services possibles. Mais si par malheur, une seule fois, tu refuses, tu as un empêchement etc. Il oubliera tout le positif précédent pour toujours te rappeler la seule fois où tu n’as pas pu.

sa jalousie : combien de fois tu t’es battue et as fait des sacrifices pour arriver à tes objectifs ? Vouloir ce que tu espérais réellement ? Tu es heureuse et fière de toi. Mais le bonheur dérange et tu découvres rapidement avec stupéfaction, la jalousie des gens. Les personnes que tu pensais incapable de réagir ainsi et avec qui tu pensais fêter une bonne nouvelle. Elles se retrouvent en fait mordue par leur jalousie, à te critiquer et à t’en vouloir. Un conseil : vire ces personnes rapidement de ta vie. Ce n’est pas avec eux que tu vas avancer et ne t’aiment pas réellement.

L’être humain…

Je t’épargne les personnes qui te zappent du jour au lendemain de leur vie car ils ont un copain/une copine. En revanche, dès la rupture, se souviennent soudainement que tu existes. L’exemple typique du second voir du centième choix sur ce coup-là.

Tu sais quand on te dit « trop bonne, trop conne ». Je me rends compte avec le temps que cette expression est criante de vérité. Plus on est présent, gentil pour une personne, plus elle va nous zapper ou nous prendre pour « la personne naïve ». Est-ce qu’un vrai humain, empathique, honnête, sincère qui ne te décevra jamais et puisse te faire sentir comme le premier choix, existe ? Dis le moi, pour voir si j’utilise encore beaucoup d’énergie à le trouver…

Être toujours le second choix, jusqu’à quand ?

Alors même si je tombe souvent de haut, je me donne entière à une personne pour ensuite me reprendre le boomerang en pleine face. Je suis le genre d’individu qui préfère ressentir la blessure plutôt que de faire du mal à quelqu’un. J’ai espoir de croiser sur mon chemin, des personnes ou au moins une, on ne va pas trop en demander non plus, qui fera de moi « la personne qu’on ne veut pas abandonner » pour enfin ressentir ce que cela fait d’ « être la priorité d’une personne. »

J’espère que cet article a pu peut-être faire écho en toi. Aujourd’hui, je ressentais juste le besoin de m’exprimer sur ce sujet. Si tu as des anecdotes à me partager, je t’invite à me les mettre en commentaires. Je me ferais un plaisir d’échanger avec toi. N’oublie pas de rejoindre l’Instagram du blog, je poste tous les jours dessus et j’adore dialoguer avec toi. Enfin, si t’es en pleine déprime de rentrée et tu as hâte de retourner en vacances, je te conseille de lire mon article « Que faire à Malte ? » pour voyager le temps d’un instant.

 

A très vite

11 commentaires Ajoutez les votres
  1. Trop touchant !!
    Comme je ressens ce que tu as vécu ! c’est bien la seule chose que je peux te conseiller c’est de ne pas regretter le bien que tu fais il revient toujours !
    Et tu rencontreras quelqu’un et des amis qui feront de toi une priorité j’en ai pas 10 mais 2 et crois moi qualité vaut mieux que quantité !
    Choquée de ton histoire de la gifle 🙁

    1. Merci à toi pour tes mots .
      On en a parlé plus longuement sur Instagram, mais ton retour et tes conseils me sont précieux.

      A très vite

  2. Coucou ma belle! Quel beau post, et je pense que ça a du te faire du bien de l’écrire <3 l'histoire de la gifle c'est juste pas possible… les gens sont ignobles j'en reviens pas… Et je te rejoins sur ce que tu dis, il vaut mieux être moins entourée mais de gens qui font de nous leur priorité!

    des bisous ma belle <3

    1. Oui, ça m’a fait du bien. J’en avais besoin.
      La gifle, vous a tous beaucoup marqué, et ça me rassure en quelque sorte de voir que son comportement n’était absolument pas approprié. Merci pour ton message

      A très vite

  3. Salut ma chérie ,

    je trouve ton article touchant mais sache que tu peux compter sur moi et je rigole pas ! Je suis tellement choquée de la bêtises des gens et très choquée que quelqu’un t’ais donné une gifle dans la rue mais wtf c’est quoi ça ???

    Sache qu’à mes yeux tu es une personne entière et géniale que j’aime beaucoup.

    A très vite <3

    1. Coucou !
      Merci pour ton message touchant.

      J’en suis encore révoltée de l’attitude de cet inconnu.

      Merci encore pour tes mots <3

      A très vite

  4. Je tombe par hasard sur ton « article » et je me dis « tiens, j’aurais pu écrire ça? »
    J’ai 50 ans et j’ai toujours pensé que j’étais un second choix… Même mon mari choisi son travail (il est artisan) avant moi.
    Il m’aime, je n’ai pas de doute, mais s’il doit choisir, il ira bosser plutôt que de rester à la maison ou faire quelque chose avec moi. Alors il me demande de venir avec lui pour l’aider, si je veux être avec lui j’accepte de l’accompagner. Mais je ne veux pas partager ça avec lui, je veux du temps pour nous…
    Ma meilleure amie, m’a viré de sa vie du jour au lendemain, sans la moindre explication, elle venait même de m’envoyer un super message me disant que j’étais plus qu’une soeur pour elle et qu’elle était heureuse de m’avoir dans sa vie. J’ai eu beau demander, silence radio. J’ai pu parler à sa fille qui m’a dit qu’elle ne savait pas, qu’il n’y avait rien, qu’elle n’avait rien dit, puis elle lui a interdit de me reparler. Je l’avais tellement soutenu dans tout, à la mort de son père, dans ses soucis avec sa mère, on était plus que connecté, on s’écrivait souvent au même moment, pour les même sujet… Jetée, comme un mouchoir en papier…
    J’ai compris qu’être toujours là pour les autres leur fait croire qu’on est invincible, qu’on est d’une force surhumaine… Donc on a besoin de personne puisqu’on peut tout gérer.
    En revanche, les personnes qui sont vulnérables sont celles qu’on choisit en 1er… Elles se montrent fragiles et alors forcément on a envie de les protéger, d’être là pour elles, c’est souvent de la manipulation et elles gagnent, elles obtiennent ce qu’elles veulent…
    Je l’ai remarqué en observant autour de moi, un ami qui en avait tellement marre de sa vie, il voulait divorcer pour diverses raisons qu’il m’a évoqué, je le comprenais tout à fait.
    Mais elle a su tout retourner à son avantage, elle a utilisé le chantage affectif d’une façon terrible, elle l’a fait culpabiliser à mort et il est redevenu le gentil petit toutou à sa mémère « je ne peux pas l’abandonner tu comprends ? » Heu… oui, je comprends qu’elle a tes boules accrochées autour de son cou…
    Bref, je me suis toujours sentie comme ça, malgré les compliments qu’on m’a toujours fait, tout le monde me trouve « belle » les hommes me trouvent « attirante » et « whaou ! mais non, t’as pas 50 ans ! » je restais quand même celle qu’on ne garde pas, celle qu’on ne choisissait qu’après s’être trompé etc…
    Mais j’ai travaillé sur moi, j’ai lu des bouquins super sur les blessures de l’âme et leur guérison, sur le pouvoir de l’acceptation et j’ai décidé d’être MON 1er choix. Aujourd’hui je passe avant tout. Et ce n’est pas de l’égoïsme, c’est juste prendre soin de moi. Je dis à ceux qui n’en connaissent pas la définition, l’egoïsme c’est demander à quelqu’un de faire quelque chose pour soi à son détriment. Et pour le coup, ce sont EUX les egoïstes qui veulent toujours qu’on fasse des choses pour eux et n’acceptent pas de refus. Voilà la vraie définition de ce mot. En général ça les remet à leur place. Des amis ne sont pas des parasites qui profitent de toi, mais des gens qui t’aiment quoi que tu dises ou fasses alors ça va restreindre le nombre c’est sûr mais le tri sera fait. Tu n’es pas égoïste en t’occupant de toi, au contraire, pour pouvoir être là pour les autres tu dois d’abord être là pour toi et t’aimer, faire ton bonheur car toi seule le peut. On ne dépend de l’affection de personne, quand tu as compris ça, tu sais où tu vas…

    1. Hello,

      Olala un GRAND merci à toi pour ton message. Cette phrase a tellement résonné en moi : « En revanche, les personnes qui sont vulnérables sont celles qu’on choisit en 1er… Elles se montrent fragiles et alors forcément on a envie de les protéger, d’être là pour elles, c’est souvent de la manipulation et elles gagnent, elles obtiennent ce qu’elles veulent… » J’ai remarqué que dans une dispute, la personne vulnérable va être totalement coupable mais va dire « je ne comprends pas ce qu’elle m’a fait », va se placer en victime et ce sera toujours de la faute de la personne confiante et bien dans sa peau…

      Et tout comme toi, j’ai appris à devenir mon propre choix, mon bonheur, mes envies passent avant tout. Je crois que je me suis assez laisser faire dans la vie juste pour « faire plaisir », que désormais je passe avant tout.

      Merci pour tes mots, sincèrement, tu m’as conforté dans mes pensée qui m’envahissent ces derniers temps.

      Des poutoux 🙂

  5. J’aime trop ton article tu as l’air authentique. Il faut que tu saches que les gens choisissent souvent ce qui leur paraît évident au premier abord. Peu de personne ont la capacité à voir la pépite les trésors caché, d ou le fait que bcp d’entre nous deviennent un second choix, parce qu’on ne sait pas se « vendre se mettre en avant ». Comme tu dis ca fait mal à l’ego. Mais jme dis les personnes qui me voit en premier choix doivent être les Vrais, les autres ne sont pas mauvais mais quelconque.
    Moi mon anecdote: c’est quand je sortais avec un mec à 23 ans. J’ai eu accès à ses mails et j’ai su que pendant la période où on était « pote » qu’on apprenait à se connaître(selon moi), il apprenait à connaître une autre fille, il est sorti avec elle, à rompu puis à décidé de sortir avec moi. Et quand j’ai su ça, c’est comme si le ciel s’était écroulé. N’étais-je qun second choix ? Il nous a connu en même temps pourquoi ce mettre en couple avec elle au lieu de moi ? Il ne s’agissait pas de timing. Même si on est resté des mois ensemble quelque chose avait changé, le moment que ds ma tête je pensais qu’on fesait connaissance ou flirtait était en fait le moment où il était « pris, en couple ». L’histoire n’avait plus le même gout.
    Niveau professionnel pareil, il m’est arrivé à deux reprise d’être embauchée parce que les premiers choix avaient décliné le poste.
    Une chose est sûre, je ne serai plus jamais un plan B. Je pense sentir ce genre de chose maintenant. Je connais ma valeur à 35 ans il’etait temps. J’ai que des best now ds mon entourage, que des fans de moi limité et c’est réciproque lol. Le feeling le meilleur atout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *