Interview Bruno Maltor – « J’ai la vie dont j’ai toujours rêvé ! »

Bonjour toi,

J’espère que tu vas bien.
Aujourd’hui, je reviens avec une nouvelle interview d’un adulte en devenir. Je sais que cette catégorie plait beaucoup et je suis certaine que tu vas apprécier notre invité du jour : Bruno Maltor alias Brubru, célèbre blogueur voyage. Il a eu la gentillesse de m’accorder son temps pour se confier sur sa vision de la vie d’adulte et sa vie de passionnée de voyages. Une interview de Bruno Maltor touchante où il déclare vivre son rêve chaque jour. 

Ton prénom : Bruno Maltor
Ton âge : 29 ans
Ce que tu fais actuellement : Je suis blogueur voyage. J’ai lancé mon blog il y a huit ans sans aucune prétention à la base. Au fil du temps, c’est devenu mon métier à temps plein depuis cinq ans. J’ai la chance d’avoir une communauté sur tous les réseaux : Instagram, LinkedIn, Tik Tok, Youtube, Facebook et j’ai 800 000 personnes qui suivent mes aventures un peu partout autour du monde.

1 / Peux-tu te présenter en quelques mots ?

J’ai grandi en Haute-Loire et j’ai lancé un blog voyage à 22 ans quand j’étais étudiant en école de commerce. Je faisais une alternance et c’est un blog par passion, sans prétention d’en faire un métier. Il  y a huit ans, il n’y avait pas forcément de métier de blogueur voyage professionnel. L’influence n’existait pas. Je voulais juste partager ma passion et développer mes compétences sur  plein de sujets comme le web marketing, la création de contenus, le community management etc. Au fil du temps, j’y suis à 100%.

2 / Lorsque tu étais petit, imaginais-tu ta vie actuelle de cette façon ?

Pas du tout, car ce métier n’existait pas quand j’étais petit. Je n’aurais jamais mais alors jamais pu l’imaginer.

3 / Tu voulais faire quel métier lorsque tu étais enfant ?

Je voulais faire pas mal de choses : humoriste, journaliste, ce qui n’a rien à voir. J’étais un peu perdu quand même. J’avais des idées mais rien de précis.  Il n’y avait pas de métier que je voulais faire à tout prix.

4 / C’est quoi pour toi « être adulte » ?

Question assez compliquée, mais c’est peut-être faire face à ses responsabilités. Par exemple, si tu as des problèmes, c’est les affronter toi-même et pas appeler tes parents ou je ne sais qui, pour les résoudre pour toi.  Je pense qu’être responsable, c’est être adulte.

5 / Ta vie actuelle te convient ?

Oui, totalement, vraiment.  Je pense que j’ai la vie dont j’ai toujours rêvé parce que je suis libre, je suis mon propre patron et parce que je me lève avec le sourire le matin, ce qui est important pour moi. J’ai la passion de mon métier, de vivre, je suis vraiment heureux.

6 / En regardant en arrière, changerais-tu quelque chose ?

Pas grand chose non, pour l’instant je n’ai pas de regret, très peu. Je serais peut-être allé sur Instagram plus tôt que je m’y suis dessus (rire). J’aurais peut-être appris la photo un peu plus tôt aussi, pour avoir des compétences encore plus développées et meilleures avant. Mais ce ne sont  que des détails.

7 / As-tu vécu la crise des 25 ans ? As-tu remarqué un changement ?

Pas vraiment, à 25 ans je me suis mis à 100% sur mon blog donc ma crise à moi c’était soit faire un CDI dans une grande boite chez qui je bossais en alternance, soit me mettre à 100% sur mon blog. J’ai choisi le blog, ça a peut-être été ça ma crise. On verra pour les 30 ans l’année prochaine (rire).

8 / Comment vois-tu la société actuelle ?

On est en plein coronavirus donc là elle est un peu endormie, elle est un peu en remise en questions mais j’ai du mal à croire que ça concerne tout le monde. C’est malheureusement plus les intellectuels sur les réseaux sociaux, les interviews qui essayent de pousser à une société plus raisonnée mais je suis un peu dubitatif par rapport à ça. La société actuelle est en remise en question perpétuelle : elle est  toujours un peu perdue, a peut-être un peu peur aussi. Elle a besoin de bonnes vibes, de gens positifs afin d’avancer dans le bon sens.

9 / A quel moment tu t’es senti adulte ?

Au moment où je me suis mis à 100% sur le blog, peut-être parce que c’est le moment où j’ai pris ma première vraie décision qui allait impacter ma vie pour toujours.

10 / En grandissant, as-tu été déçu de quelque chose ?

J’ai été déçu du système d’orientation en France car je trouve qu’il est mal foutu. On ne m’a jamais très bien conseillé, on ne m’a jamais dit tu devrais peut-être regarder sur ça ou sur ça. J’imagine que c’est compliqué de conseiller des jeunes qui ne savent pas trop, eux-mêmes, ce qu’ils veulent faire. Mais je trouve que le système d’orientation n’est pas au top. 

11 / As-tu peur de l’avenir ?

Cela dépend pour quoi.  J’ai peur pour les animaux, pour la planète aussi sans doute. Mais après, il y a plein de choses sur lesquels je suis assez confiant. Je trouve que l’être humain sait se renouveler quand il le faut vraiment. On l’a vu avec le coronavirus, si on nous avait dit il y a 4 mois qu’on ne pourrait pas sortir et qu’on resterait confiné, on ne l’aurait sans aucun doute pas vraiment cru. Donc, j’ai envie d’y croire malgré tout.

12 / Vieillir te fait peur ?

Pas du tout, tant que je suis heureux je n’aurais pas peur de vieillir. Il ne faut pas voir la vieillesse comme un problème, c’est surtout ce que tu fais de ta vie qui peut être un problème. Et ça c’est pas l’âge qui va l’imposer, c’est ce que tu fais comme choix au quotidien.

13 / L’enfant que tu étais, serait-il fier de la personne que tu es devenue ?

De ouf ! C’est une de mes fiertés au quotidien, de me dire que je pense que j’ai accompli les rêves que j’avais quand j’étais petit. Je suis passionné de voyages depuis tout petit, et j’avais une immense carte du monde qui était affiché à côté de mon lit. Je m’amusais à apprendre le nom de toutes les capitales de tous les pays du Monde.  Puis,  je demandais à mes parents de me faire réciter. Aujourd’hui, le grand Brubru visite ces noms qu’il a appris quand il était petit. Honnêtement, je pense que l’enfant que j’étais serait vraiment fier. J’ai toujours une âme d’enfant au quotidien même si je suis un adulte et je suis fier de ce que je fais au quotidien.

14 / C’est quoi ton plus grand rêve ?

Je le vis déjà au quotidien : pouvoir vivre de ma passion. C’est plus un rêve, c’est une réalité et c’est encore plus cool.

15 / Quels sont tes projets pour les mois à venir ?

Cela va dépendre de la crise du coronavirus , mais j’ai vraiment envie de mettre en valeur la France sur mes réseaux. Je l’ai déjà fait pas mal de fois l’année dernière. Je suis allée à Toulouse, en Alsace, Montpellier etc et je vais essayer de le faire encore plus dans les mois et années à venir.

16 / Un dernier mot ?

Suivez votre passion c’est le plus important.

Un grand merci à toi Bruno d’avoir répondu à ces questions. J’ai hâte maintenant de lire ton interview dans Picsou Magazine. Je trouve son interview et son parcours très inspirants, il est la preuve que lorsque l’on a un rêve, on peut le vivre chaque jour. Je t’invite à visionner sa chaine Youtube qui regorge de vidéos pépites avec beaucoup de découvertes et des images à couper le souffle.

Quant à nous, on se retrouve très vite pou un nouvel article et j’espère que cette interview de Bruno Maltor aura pu t’inspirer. N’oublie pas de me suivre sur l’Instagram devenir adulte où l’on échange quotidiennement.

 

A très vite

Un commentaire Ajoutez les votres
  1. Cette interview est fabuleuse. J’admire Bruno Maltor pour ce qu’il fait, pour sa chance de voyager, il nous apprend plein de choses sur la nature, les cultures, les pays. J’aime le suivre parce qu’il m’inspire quand je bouge.
    Bravo Soraya pour ton interview, elle est parfaite !
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *