Interview d’une adulte en devenir –  » Etre adulte, c’est lorsqu’on renonce à ses rêves et qu’on rentre sur les rails. »

Bonjour toi,
J’espère que tu vas bien. Aujourd’hui, je suis ravie de te retrouver pour une nouvelle interview d’une adulte en devenir. Notre invitée est Sophie et je l’ai invité à répondre à mes questions après être tombée sur son site Metanoiada que je te conseille de visiter. Elle a eu la gentillesse d’accepter mon invitation et a pu se livrer sur le fait qu’être adulte c’est renoncer à ses rêves et rentrer sur les rails. Je te laisse lire ses réponses très intéressantes.

Ton prénom : Sophie
Ton âge : 28 ans
Ce que tu fais actuellement dans la vie : Je suis responsable du service client dans une startup parisienne.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Sophie, j’ai 28 ans et je suis une belge qui a quitté son petit pays il y a maintenant 8 ans. J’ai toujours eu la bougeotte, et j’ai suivi mes envies, comme un enfant. J’ai toujours eu des rêves plein la tête. Pendant longtemps je n’ai réalisé que ceux qui étaient « acceptables » pour la société, en laissant de côté ceux un peu plus décalés. Depuis deux ans maintenant, j’ai fait un énorme changement dans la vie en mettant des choses en place pour réaliser mes rêves enfouis.

Lorsque tu étais petit, imaginais-tu ta vie actuelle de cette façon ?

J’avais des rêves plein la tête. Et puis la réalité, et surtout la pression de la société m’a rattrapée. Il ne tient qu’à moi de rattraper cela. Alors, non, je n’imaginais sûrement pas ma vie plus grande comme l’actuelle. Mais je serais certainement très fière de moi pour certains points !

Tu voulais faire quoi comme métier lorsque tu étais enfant ?

Je voulais faire des choses masculines, pour prouver que moi aussi je pouvais le faire : pompier et pilote de chasse particulièrement.

C’est quoi pour toi « être adulte » ?

Pour moi, un adulte, c’est lorsqu’on renonce à ses rêves et qu’on rentre sur les rails. C’est un peu négatif, nous sommes d’accord. Mais être adulte, c’est également être responsable, assumer ses actes et ses paroles.

Ta vie actuelle te convient ?

Totalement. Quand je regarde le chemin parcouru, c’est de la fierté que je ressens.

En regardant en arrière, changerais-tu quelque chose ?

Pas du tout. Pour moi, il n’y a pas d’échec : soit on réussit, soit on apprend. Et ce sont tous mes choix, bons ou mauvais, qui font qui je suis aujourd’hui.

As-tu vécu la crise des 25 ans ? As-tu remarqué un changement ?

Oui et non. Disons plutôt que ma crise des 25 ans, je l’ai vécue de mes 12 à 26 ans. C’est seulement à 26 ans que j’ai appris à me connaître et comprendre un peu mieux où je souhaitais aller.

Comment vois-tu la société actuelle ?

Il y a du bon et du mauvais. J’aime cette société parce qu’on peut être qui on veut à vrai dire, on peut faire ce qu’on veut de notre vie et suivre nos rêves. Mais seule une minorité y arrive. Car ça signifie aller à contre-courant, sortir des rails et accepter le prix à payer. Et c’est ce côté-là que j’aime moins : la société est une boîte, on peut en sortir, mais ça demande énormément de travail.

A quel moment tu t’es senti adulte ?

Je ne me suis jamais vraiment sentie adulte. Peut-être que lorsque j’aurais la responsabilité d’un autre être humain que moi, je le deviendrais.

En grandissant, as-tu été déçue de quelque chose ?

Non pas vraiment. Beaucoup de choses sont loin d’être parfaites, mais il ne tient qu’à nous de les changer finalement.

As-tu peur de l’avenir ?

Pas du tout. Pour moi, c’est un champ d’opportunités !

Vieillir te fait peur ?

Non plus. On devient plus sage, plus serein, on apprend à mieux se connaître. Et même physiquement, les rides pour moi sont la marque de chaque expérience enrichissante passée dans notre vie.

L’enfant que tu étais, serait-il fier de la personne que tu es devenue ?

J’aime à le croire. Mais il me boosterait énormément en me disant que je peux faire encore plus et encore mieux !

C’est quoi ton plus grand rêve ?

Devenir totalement libre et indépendante. Ca me permettrait de voyager tout en travaillant, de passer énormément de temps avec ma famille, tout en réalisant mon rêve de visiter le monde.

Un dernier mot ?

Merci beaucoup Soraya pour ce questionnaire qui permet de prendre de la hauteur sur notre vie, nos rêves et nos envies !

—————————–

Un grand merci à toi Sophie, pour ton temps et ta gentillesse. Je te souhaite beaucoup de bonheur et surtout de ne jamais renoncer à tes rêves ni d’entrer dans les codes de la société. Soyons libre de nos pensées et nos actes !

J’espère que cet interview t’as plu. Si tu souhaites à ton tour, répondre à cette interview, tu peux me contacter via mail : contact@deveniradulte.fr ou sur l’Instagram du blog !


A très vite

2 commentaires Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *